Quels sont les bénéfices d’une forte marque employeur sur le coût du turnover ?

Quels sont les bénéfices d’une forte marque employeur sur le coût du turnover ?

Après le recrutement et la formation, intéressons-nous au coût du turnover. Ce dernier englobe trois phases : le départ, le remplacement et l’intégration. On retrouvera au sein de chacune de ces phases des coûts directs, et des coûts cachés (ou indirects). Tentons de comprendre comment une forte marque employeur permettrait de réduire ces coûts.

Les trois phases en détail

Comme cité en introduction, le turnover commence d’abord par le départ de l’employé. L’entretien de départ et les charges administratives sont les coûts directs imputables à l’entreprise concernée. Mais ce n’est pas tout ! On ne parle ici que des coûts visibles, or de nombreuses pertes « cachées » existent. Tout d’abord, il y a la perte de productivité. Un employé en moins, c’est un poste vacant dans votre entreprise. Ensuite, vous pouvez observer un impact sur le moral des collègues, qui pourrait avoir une influence directe sur la productivité. Et, puisque le poste est vacant, un coût d’absentéisme apparaît le temps de trouver un remplaçant.

Les coûts indirects du remplacement

Le turnover se poursuit justement par la recherche de ce remplaçant. On retrouve le coût du recrutement, avec toutes les caractéristiques qui le définissent. Les frais de communication, les sélections et entretiens ou encore la négociation du salaire, sont les coûts visibles et directs de cette phase. Derrière, on peut retrouver une perte de productivité qui se poursuivra jusqu’à la ce que le poste soit pourvu, et le nouvel employé prêt à travailler. On aura également un impact sur la motivation qui pourrait entraîner de l’absentéisme ou du présentéisme chez les salariés qui peuvent affecter leur rendement. Les pertes de temps de la cellule RH de l’entreprise et du manager pour trouver le remplaçant est aussi à prendre en compte, surtout quand on sait que des opportunités peuvent être manquées pendant cette période.

Enfin, les coûts d’intégration viennent conclure ce turnover. Vous l’aurez compris, c’est la formation du nouveau venu dont on parle ici. En coûts directs et visibles, les frais administratifs et de formation s’ajoutent à l’examen médical obligatoire selon le code du travail, évaluée entre 50 et 100 euros pour l’employeur. Dans les coûts indirects et cachés, on peut imaginer un différentiel d’efficacité dû à la durée de l’apprentissage et à l’inexpérience du nouvel arrivant. De ce fait, l’image de l’entreprise peut être affectée, ainsi que la qualité des services proposés.

Fidélisez vos employés !

Pour éviter l’inflation de votre coût du turnover, investir sur votre marque employeur peut être la bonne solution. En effet, si vos employés se sentent bien chez vous, pourquoi partiraient-ils ? Leur fidélité ne vous sera que bénéfique sauf, bien entendu, si leur rendement n’est pas à la hauteur. Mais ne vous en faites pas ! Dans ce cas, ces employés font déjà perdre de l’argent à votre entreprise. Les pousser au départ engendrera des coûts, certes, mais leur productivité étant déjà basse, vous aurez moins à perdre de leur absence. Bien sûr, tout cela est évitable en choisissant les bons candidats lors du processus de recrutement.

Il vous faut donc agir en interne pour faire en sorte qu’ils se sentent épanouis chez vous. Pour cela, beaucoup d’actions peuvent être mises en place. Vous en retrouverez certaines dans nos articles sur la QVT. Sinon, on peut parler de pratique sportive en entreprise, de programme bien-être ou de cohésion avec vos employés, et bien d’autres possibilités. Gardez à l’esprit qu’un employé heureux de ses conditions de travail sera 31% plus productif que la moyenne. Plus productif, et donc moins susceptible d’être sur la sellette.

Un investissement sur votre marque employeur est donc très rentable. D’abord parce qu’en fidélisant vos employés, vous limitez le coût du turnover. Ensuite, vous faciliterez vos processus de recrutement, étant donné que votre entreprise aura une bonne image, ce qui devrait attirer des profils rares. Même si ceux-là seront toujours sollicités, il n’y a pas de raison pour eux de quitter votre navire, même pour un salaire un peu plus élevé. Vous savez ce que vous avez à faire !

Laisser un commentaire